Print Friendly, PDF & Email

An Erotic Werewolf in London tente de réparer une injustice…

Bien que les vampires soient des monstres inhumains, cela ne les empêche pas d’être séduisants et de dégager une certaine forme de sensualité. Les cinéastes ne s’y sont pas trompés et l’on constate que les suceurs de sang disposent de nombreuses déclinaisons érotiques.

D’origine polonaise, Anoushka est modèle. Elle continuera de travailler avec Seduction Cinema pour The Girl Who Shagged Me (2005), Vampire Obsession (2002) et Play-Mate of the Apes (2002).

C’est différent pour les loups garous. La bestialité de ces créatures poilues aux crocs acérées éclipse toute forme de sensualité.

Naguère, des films ont pourtant su démontrer le potentiel érotique de la femme animale ; il suffit de se remémorer la femme panthère de L’île du docteur Moreau en 1932 ou Irena la Féline en 1942.

Plusieurs décennies plus tard, An Erotic Werewolf in London tente d’aller un peu plus loin…

Ruby et Misty, amies intimes, sont entreprise par Anoushka, une louve-garou européenne. Misty ne résiste pas longtemps et répond aux sollicitations de l’étrangère. Au moment de l’orgasme, cependant, Anoushka se transforme en louve-garou et mord la jeune américaine.

William Hellfire, réalisateur, s’était alors spécialisé dans l’horreur avec des films comme The Infamous bondage Murders, qu’il mettait en scène pour sa boîte Factory 2000.

Anoushka s’enfuit et revient en Europe. À Londres, elle raconte son histoire à une journaliste du Daily Lime : Zoe Moonshine.

Intriguée, la reporter décide de partir aux USA pour approfondir son enquête. C’est ainsi qu’elle rencontre Misty, qu’elle séduit à son tour. Attachée à un lit, Misty est offerte à Zoe. Celle-ci a l’intention de vérifier si Misty se transformera bien en louve-garou au moment de l’orgasme.

Force est de constater que An Erotic Werewolf in London n’exploite pas le potentiel érotique de l’animal chez la femme. A minima, par exemple, on aurait pu s’attendre à un maquillage soulignant et érotisant les traits « animaux » du corps féminin. À la place, les maquillages se limitent à des crocs de vampires et quelques touffes de poils appliquées de-ci de-là. Le film ne cherche d’ailleurs pas à tromper son public sur ce point puisqu’il communique avant tout sur le fait que les maquillages ne cachent nullement la nudité des starlettes. Le souci principal des producteurs était probablement de ne pas rebuter le client de base des films érotiques, principalement attiré par les nymphettes imberbes.

À la fin du tournage de An Erotic Werewolf in London, Seduction Cinema se mit à des projets plus ambitieux. Par conséquent, pendant que le studio travaillait sur des métrages comme SpiderBabe, An Erotic werewolf in London dû attendre son tour pour être terminé. Le film ne sortira finalement qu’en 2008.

Les maquillages sont réalisés par Steve Noack qui s’est inspiré de ceux utilisés pour La louve sanguinaire (1976) de Rino Di Silvestro, une série B transalpine qui flirtait également avec l’érotisme.

Plus sophistiqué est cependant le maquillage dont bénéficie Misty Mundae lors de la dernière scène du film. Le travail de Michael R. Thomas pour transformer Misty Mundae en louve-garou fait cependant plus ressembler l’actrice à un gentil toutou.

L’actrice, icône de Seduction Cinema maison productrice de An Erotic Werewolf in London, connait alors une période faste. Jusqu’alors cantonnée aux rôles de jeunes filles qui finissent déflorées ou assassinées (Playmate of the Apes, The Seduction of Misty Mundae…), elle hérite ici d’un personnage un peu plus épais, ne serait-ce que par sa dangerosité. Au milieu des années 2000, Misty Mundae se produit également sous le nom d’Erin Brown pour les films en dehors du circuit érotique. Elle est d’ailleurs magnifique dans l’épisode Sick Girl réalisé par Lucky McKee pour la série Masters of Horror.

Zoe Moonshine, « habillée » dans An Eroctic werewolf in London, faisait ici ses débuts. Elle continuera sa carrière, mais dès lors déshabillée.

Dans An Erotic Werewolf in London, l’actrice dispose d’un charme certain. Sa présence ne se limite pas à rehausser l’intérêt des scènes où elle participe. Elle les rend également moins vulgaires.

Aux côté de Misty Mundae, on trouve Darian Caine, Julian Wells et Ruby LaRocca, également des régulières de Seduction Cinema. Elles finiront ‘ailleurs par devenir employées de Seduction Cinema qui s’inspirait alors des pratiques élaborées par les grands studios au début du cinéma. L’intérêt était de pouvoir ainsi faire travailler plus régulièrement le personnel et donc de produire plus de films.

Produit pour accompagner Erotic Vampire in Paris de Donald Farmer dans un double programme, An Erotic Werewolf in London utilise principalement le mythe du loup-garou pour vendre de la nudité. L’ambition du film de William Hellfire, tourné en mini-dv et betacam en 2001 dans les studios de Seduction Cinema et un motel, est donc relativement peu élevée.

USA – 2006 – Titre original : An Erotic Werewolf in London – Réalisation : William Hellfire – Distribution : Erin Brown, Anoushka, Darian Caine…

Bande-annonce VO :