Print Friendly, PDF & Email

Le début des années 2000 voit déferler sur les écrans une petite vague de films de loups garous aux budgets étriqués. Entre tous, c’est Dog Soldiers qui tire le mieux son épingle du jeu en osant une combinaison audacieuse avec le film de guerre…

Le soldat Cooper a refusé l’ordre d’un supérieur exigeant l’exécution d’un pauvre chien. En conséquence, il est recalé à un examen qui lui aurait permis de joindre une unité spéciale de l’armée britannique. Dépité, il doit rejoindre son ancienne unité qui s’apprête à participer à un exercice de combat dans les Highlands écossais. Doté en balles à blanc, la troupe composée d’une demi-douzaine de gueules-cassées doit trouver et éliminer une unité des forces spéciales. Lorsqu’ils arrivent sur place, ils découvrent avec surprise que quelqu’un a déjà fait le travail. En effet, tous les soldats ont été brutalement massacrés, à l’exception de leur chef dont l’état nécessite des soins médicaux urgents. C’est alors que la zoologiste Megan fait irruption dans l’histoire. Elle conduit les hommes vers une ferme voisine, rapidement assaillie par une horde de loups garous.

Dès lors, Dog Soldiers évoque beaucoup Evil Dead avec cette cabane perdue au plus profond d’une sinistre et maléfique forêt. Le rythme du film, effréné à partir du moment où la troupe est assiégée, fait également écho au classique de 1981, tout comme l’utilisation généreuse d’effets gore dans un contexte où règne l’humour noir. Le premier film de Neil Marshall ne cache pas ses sources d’inspiration d’ailleurs puisque l’un des protagonistes s’appelle Bruce Campbell comme l’acteur principal du film de Sam Raimi.

Soucieux de prendre de la distance avec les films du début des années 2000 qui ne misaient que sur les effets spéciaux numériques, Neil Marshall fait le choix de l’animatronic pour animer ses monstres. Il fait aussi appel à son imagination pour octroyer aux créatures une certaine élégance en embauchant des danseurs pour les incarner. Le résultat est particulièrement réussi puisque les lycanthropes évoluent avec une grâce qui sied parfaitement à ces créatures merveilleuses. Toujours pour se différencier du tout venant de l’époque et de ses effets artificiels, Neil Marshall installe ses danseurs sur des échasses et réduit la hauteur des décors pour obliger les acteurs à courber le dos en se déplaçant dans la maison. En conséquence les loups garous semblent doté d’une taille démesurée. Ces innovations permettent à Dog Soldiers de nous présenter des loups garous absolument superbes.

Après Dog Soliders, le réalisateur britannique Neil Marhall a continué son ascension avec The Descent (2005) et Doomsday (2008). Désormais plus rare, il œuvre malgré tout encore pour la télévision. Ainsi, en 2015 il met en scène un épisode de la série Hannibal.

Royaume-Uni, Luxembourg – 2014 – Réalisation : Neil Marshall – Distribution : Sean Pertwee, Kevin McKidd, Emma Cleasby…