Print Friendly, PDF & Email

C’est avec plaisir que l’on constate que Geoffrey Alan Holliday, ambitieux, a tenté d’étoffer la mythologie du loup garou lors de l’écriture du scénario de Darkwolf. Ainsi, nous découvrons qu’il existe des castes parmi les loups garous. Par exemple, certains le sont à moitié, d’autres à part entière. Un prince-garou règne aussi et des guides sont là pour accompagner les personnes qui se découvrent lycanthropes… Darkwolf, c’est donc un peu le Twilight des films de loups garous. Mais sans les ados, ce qui s’avère logique puisque le film de Richard Friedman est une œuvre pour adultes…

Après une jolie scène d’action dans une boîte de strip-tease, Darkwolf nous annonce le décès du dernier des sages de l’ordre des chasseurs de loup-garou. Un jeune policier hérite alors de la lourde tâche de lui succéder et de veiller sur une jeune femme. Il ne sait pas encore que la particularité de sa protégée est d’être une louve-garou. Et pas n’importe laquelle puisqu’elle est convoitée par le prince des loups garous lui-même. En effet, l’aristocrate a l’intention de s’accoupler avec la jeune femme pour ensuite lâcher sa progéniture sur l’humanité.

Darkwolf semble venir d’une autre époque, et cela ne se voit pas seulement à son image vidéo très datée années 2000. Les effets-spéciaux en image de synthèse sont aussi en cause ; ils sont d’une telle laideur qu’ils en deviennent mémorables. Et le film assume. Pour preuve, La scène de transformation est parfaitement détaillée, jamais dans l’ombre. Mieux encore, d’autres passages montrent le monstre aller et venir, exposant des effets si ratés, qu’ils en deviennent incomparables, remarquables, inoubliables.

Les personnages sortent également du lot avec un prince-garou motard rocker, une Tippi Hedren en guide spirituel SDF, un jeune flic farouche et belle-gueule, une blonde crétine mais mignonne, un Kane « Jason Voorhees » Hodder pour une fois non grimé, et pas encore devenu célèbre par la grâce de la franchise Hatchet.

Très vite, le spectateur comprend qu’il se trouve dans une série Z, mais pas une de celles qui sont mortellement ennuyeuses. Darkwolf c’est du bon navet des familles ; que vous soyez fans de gore, d’érotisme, de thriller ou de films d’action et policiers, vous serez comblé.

Ainsi, Darkwolf expose clairement à l’écran les carnages commis par les bêtes sauvages. Dans ce domaine, le film ne fait pas dans la dentelle avec des morceaux de barbaques sanglants disséminés de-ci de-là. Darkwolf est aussi un thriller qui se déroule de nuit, ce qui lui garantit un certain cachet. En ce qui concerne l’action, l’œuvre de Richard Friedman assure avec quelques gunfights. Dans le cadre de l’érotisme, le film ne démérite pas, loin de là. Quelques jolies filles dénuées de toute pudeur garantissent le spectacle. En particulier lors d’une séance photos mémorable où, dénudées mais pas sans pilosité, elles enflamment l’écran, et votre salon.

Dans un film de ce calibre, il peut être surprenant de croiser Tippi Hedren, elle qui, découverte dans une publicité en 1962, s’était confrontée aux créatures ailées du film d’Alfred Hitchock . Elle fait ici une courte apparition en début de métrage dans le rôle du dernier guide. Sa présence démontre cependant que Darkwolf n’est pas une série Z dénuée de toute ambition.

Ainsi, Darkwolf est le produit typiquement conçu pour les personnes qui font passer le spectacle sur le contenu. Quoi qu’on en dise, la réussite, dans ce domaine, n’est pas chose facile. Pour preuve, il suffit de se reporter à la liste de films ne parvenant même pas à divertir. Fort heureusement, Darkwolf ne mange pas de ce pain-là.

USA – 2003 – Réalisation : Richard Friedman – Distribution : Samaire Armstrong, Ryan Alosio, Andrea Bogart, Jaime Bergman, Alexis Cruz, Aaron Van Wagner, Sasha Craig, Kane Hodder, Beau Clark, Steven Williams, Tippi Hedren…

Bande annonce VO :