Print Friendly, PDF & Email

En s’inscrivant dans la lignée du Projet Blair Witch, The Monster Project adapte la formule du sous-genre found footage aux monstres classiques. Ainsi, des jeunes vidéastes décident de produire un documentaire dédié aux monstres réels pour faire de l’argent facile sur Youtube. Ils invitent trois d’entre eux (un vampire femelle, un démon possédant le corps d’une adolescente et un loup-garou), à participer à des entretiens dans une maison qui a héberger un culte satanique dans le passé. Les cinéastes en herbes ne le savent pas encore, mais tout est réuni pour que le projet se termine en désastre.

The Monster Project souffre principalement du peu de compassion que l’on ressent pour ses protagonistes principaux. Stéréotypés, superficiels, égos surdimensionnées, médiocres, vénaux, ils roulent en grosse voiture, ne jurent que par Youtube et roulent des mécaniques. Comme ils ne travaillent pas beaucoup, on ne voit pas trop d’où ils tirent leur confort de vie. Les basses histoires de sexe entre ados n’améliorent pas les choses. Des jeunes comme on aimerait en voir moins souvent, en somme.

Sur la forme, le film de Victor Mathieu respecte les codes d’un genre débuté en 1999 avec le film de Daniel Myrick, et d’Eduardo Sánchez si ce n’est la présence de musiques sur les images. Par ailleurs, comme chaque protagoniste dispose de sa caméra, le spectateur ne manque rien du spectacle reproduit depuis plusieurs points de vue (s’il sait faire abstraction du tremblement de la caméra).

Une bonne partie du film se déroule de nuit dans une maison sans électricité, l’image nocturne est en noir et blanc, ou plutôt noir et vert. En conséquence, les zones d’ombres sont très nombreuses. Souvent s’y cachent les monstres pour bondir et générer de nombreux jump scare.

Les monstres justement, sont particulièrement réussis. La jeune femme vampire est surprenante. Provocante, sexy, tatouée sur tout le corps, elle ne passe pas inaperçue. L’adolescente possédée s’inscrit dans la grande tradition des films de fantôme japonais. La transformation faciale lorsque le démon s’empare d’elle est réussie. Le loup-garou, quant à lui, est en vérité un skinwalker issu de la culture navajo. En résumé, il s’agit d’un type de chaman malveillant qui peut se métamorphoser, s’emparer, ou prendre l’apparence d’un animal ou d’une personne : Dans The Monster Project, le sorcier se transforme en loup-garou… La métamorphose en image de synthèse est remarquable même si elle est trop traditionnelle. Le Loup garou qui en résulte ne révolutionne pas non plus le genre. Il est en revanche particulièrement destructeur.

Le spectacle est assuré lors de la seconde partie du film qui se transforme en course poursuite dans la maison. L’histoire perd en crédibilité car on a alors plus l’impression d’assister à un film d’action qu’à un film d’horreur. Par ailleurs, la partie de chasse tend à devenir redondante au point que l’on se dit que le montage aurait gagné à resserrer la durée du film.

Le film se clôt sur une chute qui ne surprendra sans doute pas les spectateurs rodés au genre.

USA – 2017 – Réalisation : Victor Mathieu – Distribution : Yvonne Zima, Justin Bruening, Toby Hemingway, Jim Storm, Murielle Zuker, PeiPei Alena Yuan…

Bande annonce VF :