Lycanthropes et Loups-garous au cinéma

Auteur/autrice : Lycan Page 1 of 5

Je vous propose mes articles afin de traverser la forêt en toute sécurité sans s'éloigner du chemin...

hurlements 2 le livre

Hurlements n°2 : Loups-garous mexicains

Avec Hurlements n°2, Gary Brandner livre une suite directe à son roman paru en 1977…

Trois années après la destruction du village de Drago, Karen est toujours hantée par des visions épouvantables de hordes de loups-garous se ruant sur elle. La jeune femme consulte bien un psychiatre, mais les interventions du médecin ne l’aident pas beaucoup à traverser son traumatisme car, évidemment, il ne croit pas à ces histoires d’êtres humains capables de se transformer en loup.

Par ailleurs, Karen ne vit plus avec Chris ; leur couple n’est pas parvenu à surmonter la terrible expérience.

Elle s’est remariée, mais son nouveau compagnon est également incapable de croire à son histoire.

Au final, Karen est donc dans une impasse.

De son côté, Marcia, la rivale louve qui lui a dérobé son mari Roy, nourrit une haine tenace envers Karen depuis qu’elle l’a gravement blessée. Depuis, elle est incapable de se transformer en un loup-garou digne de ce nom et prend l’apparence d’une créature pitoyable. Honteuse, elle n’ose même plus se montrer à Roy qui doit dorénavant arpenter seul les bois lors des nuits de pleine lune.

Hurlements n°2 : Loups-garous mexicains

Sang Pour Sang

C’est pourquoi Marcia exige vengeance. Le moment venu, le couple diabolique décide donc de se rendre à Seattle avec la ferme intention de faire payer à Karen le prix de la déchéance de Marcia.

À de nombreux égards, le premier livre se distinguait beaucoup de son adaptation cinématographique. Le second opus de la saga littéraire, quant à lui, a également bénéficié d’une version cinéma qui n’a strictement rien en commun avec son pendant imprimé sur papier…

D’ailleurs, à la suite de cette mésaventure, Gary Brander jura sur sa tête qu’il ne participerait plus jamais à un épisode cinématographique de la franchise….

Au final, Hurlements n°2 s’avère bien plus sérieux que son adaptation cinématographique. D’une part, l’action intense est souvent rythmée par des drames violents et sanglants. D’autre part, le roman évite soigneusement de verser dans l’humour.

En réalité, le livre est empreint d’une véritable dépression.

Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir

La plupart des histoires d’horreur impose un voyage en Enfer à leurs héros, mais aussi une bien heureuse rédemption en guise de conclusion.

Plus les épreuves traversées sont horribles, plus l’allégresse du happy end est gratifiante pour le lecteur qui s’est identifié aux personnages.

Celui qui se sera attachée au personnage de Karen aura, quant à lui, constamment l’impression que son salut est impossible. Son trouble post-traumatique semble effectivement insurmontable, même en tuant un ou deux loups-garous supplémentaires. On a ainsi l’impression d’assister à une lutte perdue d’avance. Ce choix dramatique apporte une dimension touchante et particulièrement crédible à l’histoire, ainsi qu’au personnage de Karen.

Les autres protagonistes de Hurlements n°2 n’en sont pas moins intéressants. Tous bénéficient d’un développement qui les rend uniques et intrigants. Autour de Karen, il y a les incrédules sympathiques comme son nouveau mari. D’autres sont détestables comme la nouvelle maîtresse de Chris ; elle n’hésite pas à tendre un piège qui aurait pu être fatal à Karen.

Chris est aussi un personnage passionnant. Même s’il correspond un peu trop au cliché du beau mec qui abandonne tout pour venir au secours de la belle en détresse, il y a quelque chose de déchirant dans son attitude qui le ramène toujours vers Karen. Lui aussi est incapable de reconstruire sa vie, la preuve en est sa collection stérile de conquêtes féminines…

Bien sûr le couple formé par Marcia et Roy suscite également l’intérêt. Marcia est aveuglée par sa haine tandis que Roy est incapable de prendre ses propres décisions tant il est sous la coupe de sa louve.

Hurlements n°2 : Loups-garous mexicains

Laisse les filles

Le contexte des personnages offrent ainsi de nombreuses possibilités d’intrigues, et pas seulement horrifiques comme en témoigne cet épisode doucement sensuel durant lequel Marcia séduit Audrey, la maîtresse de Chris.

L’épouvante répond bien sûr également présent lors de plusieurs attaques monstrueuses, de surcroît dans des endroits différents qui nous font voyager aux États-Unis pour nous rendre au Mexique.

Quelques aventures auprès de la population gitane offre également son lot de dépaysements avec la présence d’une sorcière qui vit en ermite dans la montagne.

Tout comme dans le premier opus, les loups-garous ressemblent plutôt à de simples loups, ce qui les rend très vulnérables, offrant une possibilité de survie aux protagonistes, seul rayon d’espoir de cet excellent roman…

Retour sur le premier roman :

Hurlements de Gary Brandner

Au commencement était Hurlements le livre

Lorsque Hurlements le livre sort en 1977, la nouvelle vague de films de loups-garous avec ses effets spéciaux fascinants et terrifiants n’avait pas encore déferlé sur les écrans. C’est probablement ce qui explique pourquoi le roman de Gary Brandner ne cherche pas à montrer des lycanthropes spectaculaires, marchant sur deux pattes. D’ailleurs, l’auteur avouait lui-même avoir puisé son inspiration dans les films de l’Universal, dont les monstres étaient on ne peut plus classiques….

Roy et Karyn forment un couple modèle de la classe moyenne américaine. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où un type s’infiltre dans la maison alors que Roy est absent. L’ordure profite de l’absence du mari pour violer Karyn. La jeune femme sombre dès lors dans une grave dépression. Pour tourner la page, Roy et Karyn décident de changer d’atmosphère et emménagent dans un village isolé, près de la forêt. À Drago, les deux amoureux trouvent effectivement un certain calme, mais le jour seulement… Car la nuit, c’est une autre histoire… Les hurlements des loups empêchent en effet Karyn de dormir paisiblement.

Au commencement était Hurlements le livre

Hurlements le livre a été un succès critique et public, au point que Gary Brandner écrira deux suites en 1979 et 1985.

Cette renommée n’empêche pas Joe Dante de radicalement remanier l’histoire en faisant par exemple de Karyn une présentatrice de télévision et en transformant les loups-garous en une communauté de personnes à la psychologie tourmentée.

Si Karyn est passée du statut de femme au foyer à celui de reporter, ce n’est pas un hasard. En effet, le réalisateur souhaitait aborder l’hypocrisie de notre société qui censure la violence tout en acceptant les déviances sexuelles dans les médias. Le livre, en ce qui le concerne, s’intéresse plutôt aux conséquences d’un traumatisme sexuel. À ce titre, il s’avère beaucoup plus sombre que son adaptation.

Au commencement était Hurlements le livre

Ainsi, l’une des grandes qualités du roman s’avère la description de ses personnages, attachants. L’évolution de Karyn est intéressante puisqu’elle passe du statut de victime d’un odieux viol à celui de femme devant se battre contre une horde de loups-garous.

Roy, son mari, est également brossé de manière passionnante. D’une part, il est tourmenté par l’amour sincère qu’il éprouve pour sa femme qui le met à l’écart du lit conjugal depuis le viol. D’autre part, il n’est pas insensible à la troublante et belle louve garou qui vit seule à l’orée du bois… Il finira par céder aux avances de cette dernière mais, à l’inverse du film de Joe dante, sa relation avec elle est bien plus intense, ne se limitant pas à une simple escapade extraconjugale… D’ailleurs, le livre explique mieux la fascination qu’il ressent en présence de la louve, une attirance dont les origines ne sont pas uniquement sexuelles.

Le final haut en couleur est particulièrement intense, alignant révélations, surprises, action, attaques de loups-garous, suspense et passages spectaculaires.

En France, Hurlements est disponible chez Fleuve Noir, au sein de la collection Gore. Cette édition est vivement conseillée, même s’il s’agit d’une version raccourcie pour les besoins de la collection.

Pour aller plus loin…

Hurlements de Joe Dante : la renaissance du film de loup-garou

Hurlements III

Quel scénario invraisemblable ! On voit ici tout le charme des années 80 capables d’enfanter des films aux histoires complètement incroyables. Aujourd’hui, qui donnerait crédit à une histoire aussi abracadabrantesque…

Le professeur Beckmeyer est un enseignant-chercheur spécialisé dans les créatures fantastiques. Il dispose d’ailleurs d’un film tourné au sein d’une tribu d’Australie où l’on voit ce qui ressemble à un loup-garou attaché à un arbre et sacrifié par des indigènes.

Hurlements III

Jerboa, une bien jolie jeune fille, vit, quant à elle, dans une communauté recluse. Malmenée par un beau-père autoritaire, elle décide de s’enfuir et prend le premier bus qui part en direction de Los Angeles. Seule et perdue dans la mégalopole, elle rencontre un jeune homme qui,  sous la direction d’une espèce d’Ed Wood, lui ouvre les portes du cinéma. Tout de suite, il a vu en elle un côté sauvage particulièrement photogénique. L’artiste et sa muse finissent par tomber amoureux l’un de l’autre…

Pendant ce temps, le beau-père de Jerboa a envoyé trois de ses sbires la ramener. Jerboa parvient heureusement à s’extirper des griffes de ses ravisseurs… Elle termine sa fuite à l’hôpital où les médecins découvrent effarés les spécificités biologiques de la jeune fille… À l’instar des marsupiaux, Jerboa dispose en effet d’une poche pour y faire grandir ses petits ! Or, Jerboa est justement enceinte !

Hurlements III

Jerboa est finalement récupérée par les siens. Elle est désormais cachée dans la communauté de son beau-père car, alertés de l’existence de ce monstre que l’église décrète indigne de Dieu, les militaires souhaitent entrer dans la danse et retrouver le village de ces abominables créatures.

Pendant ce temps, une danseuse étoile venue de Moscou en tournée aux États-Unis, se révèle être un véritable loup-garou dans une étonnante séquence où, sur scène, elle se transforme tout en exécutant plusieurs tours sur elle-même. Doté d’un sixième sens particulièrement développé, elle suit son intuition qui lui dit qu’une tribu de marsupiaux prospère non loin de là. Guidée par son flair, elle les rejoint, en même temps que le jeune amoureux de Jerboa et juste avant l’attaque des militaires. Ces derniers écrasent la menace que représente ce chaînon manquant et capturent tout ce beau monde afin de les exterminer.

Heureusement, les scientifiques parviennent à raisonner les militaires afin de les laisser étudier ces créatures.

Malheureusement, les expériences pratiquées sur les marsupiaux finissent par agacer ces derniers qui ne parviennent plus à contrôler leur transformation.

Si la plupart sont exterminés, certains parviennent à s’échapper comme le couple formé de Jerboa et de son amoureux, ainsi que celui composé par Beckmeyer, l’enseignant-chercheur, et la danseuse étoile soviétique.

Après plusieurs années passées à vivre en ermites, ils apprennent que l’épuration ethnique organisée par le Président des États-Unis n’est plus souhaitée par la société et qu’il est désormais possible pour les humains et les marsupiaux de vivre en harmonie…

Mensonge ou vérité ?

Hurlements III

HURLEMENTS III est doté d’un scénario ambitieux. Il n’est pas question ici de la mésaventure d’un couple vivant au milieu des bois avec une petite communauté de loups-garous. Non, il s’agit maintenant d’une véritable révolution pour l’Humanité avec la découverte d’une nouvelle espèce humaine ! Rien que ça ! Le final qui fait carrément basculer le monde dans une autre ère démontre surtout la disproportion évidente entre le budget du film et les ambitions des auteurs.

En effet, le manque de moyen se fait ressentir à tous les niveaux. Nombreux sont, par exemple, les comédiens à ne pas être crédibles. Évidemment, il est probable que l’invraisemblable scénario ne les ait pas aidé à croire à l’entreprise…

Par ailleurs, que penser de l’humour ?

S’il permet de désamorcer ce qu’est devenu le film par rapport aux ambitions affichées au départ, il faudra être particulièrement accommodant pour ne pas se montrer effondré, d’autant plus que les faux raccords et autres ellipse incongrues font également partie de la marque de fabrique de HURLEMENTS III.

Malgré le ratage manifeste de l’ensemble, il serait injuste de jeter aux orties ce troisième opus de la série des HURLEMENTS.

Hurlements III

Si les effets spéciaux sont plutôt rudimentaires, voire amateurs, ils s’avèrent nombreux et dépeignent les loups-garous dans la droite lignée de ceux que nous avons découverts et aimés dans le film de Joe Dante. C’est l’Australien Bob McCarron qui a signé les maquillages. Auparavant, il s’était illustré sur MAD MAX 2 et RAZORBACK avant de s’attaquer à ceux de BRAIN DEAD, BODY MELT… et de MATRIX

Voilà qui devrait déjà éveiller votre intérêt…

Par ailleurs, l’humour, aussi pathétique soit-il, aide à faire passer la pilule et atteste de l’absence manifeste de prétention des auteurs.

HURLEMENTS III s’avère donc un bel exemple de série Z dont la naïveté et la générosité rehaussent l’intérêt, et le rendent d’autant plus estimable.

Hurlements III

Plus « scientifique » puisqu’il conte la découverte d’une nouvelle espèce entre humain et marsupial, cet épisode met également de côté tout l’attirail mystique puisqu’on y a que faire des balles en argent et autres influences lunaires. Le film est également plutôt méchant avec les militaires qui tirent sur tout ce qui bouge, et les scientifiques aussi obtus que l’Église. Sans compter un président reaganien salement conservateur.

Philippe Mora, dont il s’agit ici du dernier film dans la série, restera plus connu des amateurs du genre pour LES ENTRAILLES DE L’ENFER (The Beast Within – 1982), déjà un film plutôt moyen mais disposant d’incroyables effets spéciaux. On trouve d’ailleurs l’affiche du film dans l’appartement du héros de HURLEMENTS III… Parmi les autres films marquants de Philippe Mora, citons le documentaire SWASTICA (1973) qui, comme son titre l’indique, traite de la Seconde Guerre mondiale et plus spécifiquement de la banalité avec laquelle Hitler parvint à berner les Allemands.

Howling 3 : The Marsupials – USA – 1987 ; réalisation : Philippe Mora ; interprètes : William Yang, Deby Wightman, Christopher Pate, Jerome Patillo, Barry Otto, Michael Pate, Imogen Annesley, Carole Skinner

El retorno del hombre lobo met un point final aux tourments de Waldemar Daninsky

Les Carpates ressemblent étrangement à l’Espagne, le loup-garou à un ours en peluche grincheux, une momie évoque les cavaliers zombies de la tétralogie d’Amando de Ossorio et les scientifiques sont de jolies femmes séduisantes… El retorno del hombre lobo ne semble pas vraiment en quête de cohérence et les scènes manquent de liant… Mais qu’importe quand l’emballage est si séduisant !

El retorno del hombre lobo met un point final aux tourments de Waldemar Daninsky

La scientifique Erika (Silvia Aguilar) a découvert la chambre funéraire de la comtesse Bathory (Julia Saly). Elle compte en profiter pour ramener à la vie la femme vampire et la mettre sous son emprise. Avec ses amies qui l’aident dans son entreprise, elle est hébergée par un châtelain répondant au nom de Waldemar Daninsky (Paul Naschy). Peu de temps auparavant, celui-ci est revenu d’entre les morts après que deux pilleurs de tombes l’aient tiré de sa léthargie. Waldemar Daninsky est un loup-garou, et son destin est intimement lié à celui d’Elizabeth Bathory car, au Moyen-Âge, c’est ensemble qu’ils ont été exécutés. Mais Waldemar trahit la comtesse et vient en aide à Erika et ses deux amies ; il tombe même amoureux de la belle Karen (Azucena Hérnandez). En retour, pourra-t-elle le délivrer de sa malédiction ?

El retorno del hombre lobo met un point final aux tourments de Waldemar Daninsky

El retorno del hombre lobo n’est pas le premier film dans lequel des jeunes femmes doivent tomber amoureuse de Paul Naschy. La comtesse Bathory a également déjà été appelée à la rescousse des scénarios mettant en scène Waldemar Daninksi. En conséquence, le spectateur attentif peut avoir l’impression d’avoir déjà vu cette histoire quelque part. Paul Naschy interprète d’ailleurs comme à l’accoutumée ce héros au grand cœur mais qui n’a rien d’héroïque, triste car constamment menacé par des forces inconnues. Quant à l’Amour, pour lui il annonce sa propre mort.

Visuellement, le film est au diapason avec une ambiance morose. Les images n’en sont pas moins belles avec les décors du château qui sont fastueux. Dans les ruines environnantes, les toiles d’araignées ne manquent pas à l’appel. La résurrection dans les catacombes de la comtesse Bathory est très jolie avec son atmosphère poussiéreuse… Quelle jolie image que cette vierge nue, pendue par les pieds et égorgée pour laisser couler de sa gorge et le long de ses seins le sang qui réveillera la sanguinaire comtesse. D’ailleurs, El retorno del ombre lobo fait clairement preuve d’une certaine ambition visuelle lorsqu’Elizabeth Bathory, à la fin du métrage, se promène dans ses appartements avec ses nouvelles esclaves vampires enveloppées d’un épais nuage de brouillard.

El retorno del hombre lobo met un point final aux tourments de Waldemar Daninsky

L’érotisme semble cependant quelque peu timide puisque même le saphisme d’Erika n’est que suggéré. Le film se termine avec l’inévitable affrontement entre Waldemark Daninsky et Elizabeth Bathory. La confrontation ressemble plus à une bagarre de catch, discipline dans laquelle s’était d’ailleurs illustré précédemment l’acteur. Quoi qu’il en soit, les maquillages de Paul Naschy transformé en lycanthrope sont somptueux.

En 1967, Paul Naschy avait écrit le scénario du Vampire du Dr. Dracula (1968). À cette occasion, il avait été contraint de jouer le rôle du loup-garou, déjà surnommé Waldermar Daninsky, après que Lon Chaney Jr. eut refusé l’affaire. El retorno del hombre lobo est donc l’occasion pour l’acteur espagnol de boucler la boucle. En prenant lui-même les choses en main puisqu’il réalise, Paul Naschy soigne son œuvre et livre, plus qu’un remake, tout simplement le meilleur film de loup-garou espagnol.

Malheureusement, ce remake replet de gothique arrive un peu tard ; songez que la même année sortait sur les écrans Le Loup-garou de Londres de John Landis.

Espagne – 1981 – Titre alternatif : The Night of the Werewolf – Réalisation : Paul Naschy – Distribution : Paul Naschy, Silvia Aguilar, Azucena Hernández, Julia Saly, Pilar Alcón, Beatriz Elorrieta…

Pour aller plus loin, nous vous conseillons la lecture de notre dossier consacré aux loups-garous espagnols :

Horror bascule la franchise Hurlements dans les tréfonds de la série B, voire Z

L’aura du film de Joe Dante n’a pas empêché les dépositaires de la franchise Hurlements à plonger la série dans les tréfonds du film à petit budget et ce, dès ce Horror, la toute première séquelle.

Le film démarre juste après la mort de Karen White, abattue au moment de sa transformation à la fin du premier Hurlements. Lors de son enterrement, Stefan Crosscoe (Christophe Lee) tente de prévenir le frère de Karen, Ben, que sa sœur n’est pas morte. Il lui explique sans préalable qu’elle est en réalité un loup-garou et qu’il doit absolument enfoncer dans son corps un stylet en titane car l’argent n’est plus aussi efficace que par le passé.

Évidemment, Ben ne prend pas un seul instant au sérieux cette histoire à dormir debout. Sa petite amie Jenny, moins imperméable, prend l’initiative de garder la carte de visite de cet étrange personnage.

Horror bascule la franchise Hurlements dans les tréfonds de la série B, voire Z

La nuit, tout le monde se retrouve au cimetière… Stefan pour transpercer le corps de Karen armé avec de son stylet en titane. Ben et Jenny, quant à eux, ont la ferme intention d’empêcher la profanation du corps de leur parente.

C’est à cet instant que se produit l’inattendu : Le couple est attaqué par des loups-garous venus défendre Karen… Ben et Jenny n’ont pas d’autre choix que de reconnaître qu’ils avaient tort : la lycanthropie n’est pas une légende !

Ensemble, ils décident de partir pour la Roumanie où Stirba (Sybil Danning), la grande souveraine de l’espèce attend de recouvrer la grandeur de son espèce. Avec ses semblables, elle compte bien en faire baver à la race humaine.

Horror bascule la franchise Hurlements dans les tréfonds de la série B, voire Z

Les bénéfices engrangés par le premier opus semblent avoir étrangement disparus. En tout cas, ils n’ont pas été attribués à la mise en chantier d’une ambitieuse séquelle.

Certes, le film dispose d’un casting conséquent avec la présence de Christopher Lee. Malheureusement, le célèbre acolyte de Peter Cushing livre une prestation peu enthousiasmante. Sans doute s’élève-t-elle au niveau de son cachet… À moins qu’il n’ait tout simplement pas apprécié cette dégaine post punk des années 80 dont il est affublé dans la scène où il sort d’un concert.

L’érotisme déjà présent dans le premier opus est assuré ici par Sybil Danning dans le rôle de Stirba. Les scènes chaudes restent cependant pudiques comme en témoigne la scène d’orgie entre loups-garous. Même si elle est plutôt sage, la mini-partouze entre Sybil Danning et ses deux congénères poilus est plutôt réjouissante, bien que certains la trouveront sans doute un peu kitsch.

Quoi qu’il en soit, la nudité de Sybil Danning est bien trop peu exploitée. Le monteur semble d’ailleurs d’accord avec ce constat, comme en témoigne le générique de fin qui reprend à foison la seule séquence où la jolie demoiselle dévoile son opulente poitrine…

Horror bascule la franchise Hurlements dans les tréfonds de la série B, voire Z

Le film reprend l’idée de communauté de lycanthropes. Horror se permet même d’aller plus loin puisque la colonie voue un culte au Mal et que Stirba apparaît comme une sorte de Reine des Loups-garous. Ainsi, la lycanthropie n’est plus du tout considérée comme une malédiction.

Les transformations en loup-garou ne sont même plus aussi douloureuses, comme on peut le constater lorsque Styrba se transforme en plein coït avec ses semblables.

La hiérarchie entre les membres de la communauté et la sensualité qui se dégage des scènes de transformations ont pour résultat que Stirba et ses congénères ressemblent à une variante poilue de nos célèbres vampires. Stirba est donc une sorte de sous-Dracula, d’ailleurs, l’un de ses acolytes est dénommé Vlad…

Horror aurait, peut-être, pu tirer son épingle du jeu grâce au dépaysement que procure la partie se déroulant en Transylvanie. Malheureusement, là encore, Philippe Mora n’arrive pas à exploiter les atouts qu’il a en main.

La fête au village du pays des loups-garous est mal exploitée. Le folklore roumain, les masques, les costumes, les marionnettes ainsi que les rues pavées et les vieilles maisons n’apportent aucune valeur ajoutée au film.

Non, le point fort du métrage est résolument ailleurs… On le trouve parmi les nombreux effets spéciaux, parfois impressionnants.

Horror bascule la franchise Hurlements dans les tréfonds de la série B, voire Z

La résurrection de Stirba est des plus réussies avec ce visage qui fond au contact du feu.

Les effets gores ne sont pas en reste, comme lorsque les yeux d’un pauvre nain explosent dans de belles giclées de sang. Plus loin, c’est le visage d’un prêtre qui est malmené et détruit par une espèce de chauve-souris géante et belliqueuse.

L’un des clous du film reste ce passage durant lequel un autre nain ressemblant aux inquiétants gnomes du Phantasm de Don Coscarelli isole Christopher Lee pour l’attaquer.

Les loups-garous, quant à eux, sont peu impressionnants et ressemblent plus à des big-foots. Seule Sybil Danning et ses deux partenaires de partouze semblent avoir bénéficié d’un traitement de faveur.

Philippe Mora, dont Mad Dog Morgan avec Dennis Hopper reste en 1976 son plus important fait d’armes, livre ici une suite franchement décevante.

USA – 1985 – Titre original : Howling II: …Your Sister Is a Werewolf – Réalisation : Philippe Mora – Distribution : Christopher Lee, Annie McEnroe, Reb Brown, Marsha A. Hunt, Sybil Danning…

Retour sur le premier opus de la franchise :

Cursed de Wes Craven, faux film de loup-garou, vrai teenie movie

Même si tout le monde se souvient de Wes Craven comme d’un grand réalisateur, force est de constater que la constance n’était pas son fort. En effet, sa carrière a connu des hauts (L’Emprise des Ténèbres), des bas (La Créature du marais ), des très hauts (La Dernière Maison sur la gauche), des très bas (La colline a des yeux n° 2), etc. Chez Wes Craven, il n’y a pas de demi-mesure. Avec Cursed, son unique confrontation avec le mythe du loup-garou, il n’est clairement pas au sommet de son art.

La dream team composée de Wes Craven et Kevin Williamson réunie

Cursed de Wes Craven, faux film de loup-garou, vrai teenie movie
Cursed de Wes Craven, faux film de loup-garou, vrai teenie movie

Le scénariste Kevin Williamson serait un coupable tout désigné si l’on devait chercher un responsable à cet échec… Effectivement, après Scream, son coup d’éclat en 1996, il s’est rendu coupable, avant d’être relégué aux séries télé (genre Vampire Diaries), de Souviens-toi… l’été dernier, The Faculty et Mrs. Tingle…

Spécialisé, donc, dans les teenie movies, Kevin Williamson livre un scénario qui semble avoir été formaté pour plaire au plus grand nombre : Protagonistes jeunes, riches, beaux et sexy (même la voyante de la fête foraine est attirante), harcèlement à l’école, références bienvenues comme celle à Happy Days (avec la présence de la star Scott Baio) où à Lon Chaney Jr (qui avait interprété le Loup-Garou de 1941). Pour plaire à encore plus de monde, le scénariste ancre même l’histoire dans des milieux toujours appréciés et glamours : le lycée et Hollywood…

En raison de graves problèmes de production, les scènes avec plusieurs acteurs cultes comme Heather Langenkamp (héroïne des Griffes de la nuit) ou Corey Feldman (figure emblématique des films d’ados des années 80) n’ont pas pu être utilisées. La sortie du film a même été retardée d’une année afin de permettre à l’équipe de retourner certaines séquences.

Cursed de Wes Craven, faux film de loup-garou, vrai teenie movie

En pleine nuit, Ellie et son frère Jimmy ont un accident de la route avec une autre voiture. Alors qu’ils portent secours à l’inconnue, ils sont attaqués et blessés par un animal sauvage qu’ils ne parviennent pas à identifier. Les jours suivants, ils remarquent que leurs sens s’aiguisent, qu’ils développent un appétit pour la viande crue et que leur rayonnement sexuel s’accroît fortement. Comme l’animal ressemblait à un loup immense, que son chien ne veut plus rien à voir à faire avec lui et que leur accident s’est déroulé lors d’une une nuit de pleine lune, Jimmy en conclut qu’ils sont très certainement que sa sœur et lui sont en train de devenir des loups-garous…

Tout ce qui brille n’est pas or

Le résultat n’est pas forcément un film ennuyeux, mais l’impression ne nous lâche pas d’assister à un produit trop calibré, à l’instar d’un hamburger. Ainsi, par exemple, l’emballage est chouette avec des acteurs sympathiques. On retrouve en effet Christina Ricci (Mercredi dans La famille Addams de 1991), Jesse Eisenberg (que tout le monde a déjà vu au moins une fois tellement il joue un peu dans tout) ou encore Joshua Jackson (dont la popularité a explosé quelques années plus tard grâce à la série Fringe). L’atmosphère, quant à elle, est séduisante avec de jolies images et des scènes d’horreur bien chorégraphiées. Le film bénéficie d’un bon tempo avec une alternance de scènes d’horreur efficacement chorégraphiées, d’humour mignon et inclusif (incompréhensions entre homosexualité et lycanthropie), d’une violence cartoonesque et d’une bande-son composée de riffs de rock entraînants…

Cursed de Wes Craven, faux film de loup-garou, vrai teenie movie

Il y a suffisamment de variété pour tenir le spectateur en haleine pendant les 90 minutes de film, mais il ne faut surtout pas avoir l’idée saugrenue de confronter Cursed à Ginger Snaps, sorti quatre années plus tôt. La comparaison n’est vraiment pas à l’avantage du film de Wes Craven. Le film de John Fawcett est autrement plus ingénieux dans le domaine du film de loup-garou pour adolescents. Alors que ses personnages étaient originaux, ceux du film de Wes Craven sont tristement artificiels, calqués sur la réalité suggérée par des magazines au papier glacé. Ainsi, Ellie est une jeune fille en pleine ascension professionnelle pendant que Jimmy, son frère marginal mal-aimé, va se libérer de son image de loser grâce à sa transformation progressive.

Comme un hamburger, Cursed ne rassasie pas. Preuve en est le monstre du film, parfaitement interchangeable avec n’importe quel autre monstre du cinéma d’horreur, qu’il s’agisse d’un vampire ou d’un psychopathe. Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant que le seul aspect technique faisant partie des points faibles du film sont… les effets-spéciaux numériques mettant en scène le loup-garou. Un film de loup-garou avec un loup-garou bâclé fabriqué avec des CGI bon-marché, c’est quand même un comble…

Bande-annonce :

USA, Allemagne – 2004 – Réalisation : Wes Craven – Distribution : Christina Ricci, Joshua Jackson, Jesse Eisenberg, Judy Greer, Scott Baio, Milo Ventimiglia, Kristina Anapau, Portia de Rossi, Shannon Elizabeth…

Spirit of the night : érotisme léché

Spirit of the night est un film érotique que l’on peut regarder sans véritablement s’ennuyer.

Spirit of the night : érotisme léché

D’abord, parce qu’il dispose d’une véritable intrigue, jugez-en par vous-même : Bourgeoise, Tara retourne au Pays de Galles dans le château où elle a grandi. Elle a plusieurs aventures qui éveillent ses passions intérieures.

Ensuite, parce que l’érotisme n’est pas le seul atout du film qui bénéficie effectivement de décors campagnards parfaitement fidèles à l’idée que l’on se fait de l’Europe orientale. Quant à lui, le château, sombre et menaçant, est également bien mis en valeur.

Spirit of the night : érotisme léché
Spirit of the night : érotisme léché

Enfin, parce que Jenna Bodnar qui incarne Tara s’avère aussi séduisante que sensuelle et touchante. Touchante parce que les autochtones ne l’aident pas beaucoup et qu’elle est bien seule. Certes, ils la mettent en garde mais sans jamais définir le danger. Dès lors, Tara, plutôt naïve de surcroît, est une victime parfaite. Et c’est ainsi qu’elle fait de mauvaises rencontres. Pour le reste, elle s’illustre plus particulièrement lors d’une séance où elle pose nue en prenant des pauses félines pour son ami dans une grotte sordide, ou lors d’une séquence érotique avec deux autres partenaires.

Huntress bénéficie d’une musique joliment atmosphérique, composée par Fuzzbee Morse qui a oeuvré sur Dolls et Ghoulies II. Il n’est pas le seul à avoir travaillé pour Empire, la firme d’Albert Band, puisque Mark Manos, réalisateur, a, pour sa part, monté Mandroid en 1994.

Le sexe n’est jamais vulgaire. Ainsi, les scènes érotiques sont toujours très agréables à regarder, d’autant plus qu’une volonté esthète est présente, s’inspirant nettement des vidéos clips très en vogue dans les années 90.

Spirit of the night : érotisme léché
Spirit of the night : érotisme léché

S’il n’y a rien à redire de l’érotisme, le film nous laissera cependant sur notre faim en ce qui concerne la véritable nature de Tara. En effet, même si certains éléments comme la pleine lune laissent supposer ses origines lycanthropes, le film se termine subitement et ne prend pas la peine d’expliquer clairement si Tara est une louve garou, ou pas.

Cette fin abrupte et surprenante où nous abandonnons Tara sans solution à son problème était-elle voulue pour assurer une fin ouverte au métrage ?

Spirit of the night : érotisme léché
Spirit of the night : érotisme léché

USA – Roumanie – 1995 – Titre original : Huntress : Spirit of the Night – Réalisation : Mark Manos – Distribution : Jenna Bodnar, George Alexandru, Virgil Andriescu…

Bloodthirsty, double lecture

Bloodthirsty est-il un film d’horreur ou plutôt un drame psychologique interpellant sur la pression subie par les jeunes artistes dans le monde de la musique ?

Bloodthirsty, double lecture

Grey est tourmentée par des hallucinations et des cauchemars dans lesquels elle dévore des animaux sauvages qu’elle éviscère de ses mains. Son médecin, le Dr Swan (interprété par Michael Ironside que l’on ne voit quelques secondes à l’écran), ne parvient pas à trouver des explications à son trouble… Peut-être que Grey subit mal la pression du succès ? En effet, elle est auteur, compositeur et interprète, et sur le devant de la scène depuis le succès de son premier album. Or, il s’agit maintenant pour elle de transformer l’essai avec un second disque attendu au tournant par ses fans et le monde de la musique. Elle est alors contactée par le producteur Vaughn Daniels qui lui propose son aide. Ancien chanteur de boys band, il a été accusé d’un meurtre avant d’être acquitté… Pour la gloire et la richesse, Grey accepte malgré tout de s’associer au producteur suspect. Ainsi, elle se rend avec sa petite amie artiste peintre Charlie au cœur de la forêt canadienne, dans la demeure isolée du producteur de musique, afin de travailler sur son nouvel album, croit-elle…

There’s No Business Like Show Business

Bloodthirsty, double lecture

Bloodthirsty affiche ses connivences avec le cinéma d’horreur. Ainsi, le lièvre écrasé, la sinistre gouvernante, la maison isolée et les rêves sanglants sont autant de mauvais présages qui auraient dû mettre la puce à l’oreille de la chanteuse et de son amie. Même la pancarte brandie par une auto-stoppeuse indique la direction East Proctor, clin d’oeil au village imaginaire où se trouve la célèbre auberge du Loup-Garou de Londres.

Mais Grey et son amie ne voient pas le danger venir. Comme le petit chaperon rouge, elles sont séduites par le mystérieux Vaughn. Exigeant, celui-ci oblige Grey à se faire violence en travaillant jours et nuits. Elle finit même par arrêter de prendre ses médicaments, se mettre à l’absinthe et manger de la viande. Et en effet, Grey parvient à se surpasser dans son art, au grand dam de Charlie…

Drame psychologique aussi confus que la psyché du protagoniste principal

Bloodthirsty, double lecture

Si les différents stéréotypes semblent indiquer que l’on est en présence d’un film d’horreur, dans les faits, les caractéristiques du genre se retrouvent finalement reléguées au second plan. On n’est même pas étonné de l’absence, ou presque, d’effets spéciaux. D’ailleurs, les maquillages grossiers trahissent un budget étriqué… Les mauvaises langues diront peut-être aussi l’intérêt des auteurs pour le genre.

En effet, l’horreur n’est ici qu’un prétexte. Celui pour la canadienne Lowell Boland, à l’origine du scénario, de présenter sa musique, mais aussi la pression qui pèse sur les artistes en devenir dans l’industrie musicale. Elle sait de quoi elle parle puisqu’elle a elle-même vécu des débuts difficiles (L’actrice principale Lauren Beatty et Lowell Boland entretiennent d’ailleurs une ressemblance physique qui n’est sans doute pas une coïncidence).

Bloodthirsty, double lecture

Lauren Beatty convient parfaitement pour le rôle fragile de Grey. ; elle communique à la fois sa fragilité et ses convictions au personnage idéaliste. Bloodthirsty est sa seconde collaboration avec la réalisatrice Amelia Moses après Bleed with Me également réalisé en 2020. Auparavant, Lauren Beatty avait été aperçue dans le huitième opus de la série Saw : Jigsaw (2017).

Malheureusement, on ne comprend pas vraiment la source du problème psychologique de Grey. Les contrastes sont évidents (amour saphique délicat contre virilité masculine, impasse contradictoire entre l’envie d’être végétalien et le besoin de l’assouvissement de son instinct animal, en particulier dans un milieu de prédation comme celui de la musique…), mais ils sont traités avec trop de demi-mesures pour attiser la curiosité du spectateur et susciter la réflexion.

Frissons garantis

Cependant, avec des titres comme I Love you to death ou God’s is a fascist, nul doute que les chansons désespérées de Lowell qui a écrit les textes et prêté sa voix, traduisent parfaitement l’humeur psychologique de Grey. Bloodthirsty accorde effectivement une grande attention à la musique. Les murmures mélancoliques de Lowell accompagnés au piano sont les seuls frissons que l’on ressent. Certes, mais ils sont agréables et s’intègrent parfaitement dans le décor sombre de la maison de Vaugh.

Canada – 2020 – Réalisation : Amelia Moses – Distribution : Lauren Beatty, Greg Bryk, Katharine King So, Judith Buchan, Michael Ironside, Jesse Gervais, Jayce McKenzie…

Bande-annonce VO :

L’Empreinte de Dracula sur les traces de Mario Bava et Terence Fisher

L’Empreinte de Dracula est le quatrième film de la saga Waldermar Daninsky après Les Vampires du Dr. Dracula (1968), La Furie des vampires (1971) et Doctor Jekyll and the Werewolf (1972).

L’Empreinte de Dracula sur les traces de Mario Bava et Terence Fisher

Le titre original (El Retorno de Walpurgis) tente d’exploiter le succès de La Furie des vampires (La Noche de Walpurgis) mais les deux films n’ont rien en commun. L’Empreinte de Dracula s’inspire plutôt du Masque du démon de Mario Bava pour le scénario et des films de la Hammer pour l’esthétisme…

Prologue au Moyen Âge

Dans la Transylvanie médiévale, l’ancêtre de Waldemar Daninsky remporte le duel qui l’oppose au comte Bathory, adorateur de Satan. Il ne s’arrête pas en si bon chemin et exécute dans la foulée la progéniture du sorcier. Sur le bûcher, Elisabeth Bathory se venge en maudissant la lignée des Daninsky…

L’Empreinte de Dracula sur les traces de Mario Bava et Terence Fisher

L’Empreinte de Dracula a également été exploité en France sous les titres Le Retour des loups-garous et La Malédiction du diable.

Quelques siècles plus tard, Waldemar est sous la protection de la servante Maritza qui, en le protégeant, lui fait subir sans le vouloir une existence morne et sans espoir. Lorsqu’une gitane dévergondée apparaît dans la vie de Waldemar, celui-ci ne peut se défendre et succombe à son charme maléfique. Finalement, la jeune femme décède, mais il est trop tard, le mal est fait : Waldemar est désormais sous l’emprise de la malédiction familiale… Ce n’est qu’en découvrant l’amour, le vrai, qu’il est finalement libéré au moment même où Kinga, sa bien aimée, accepte de le poignarder à mort.

Vertu à double vitesse

Ce sacrifice ponctue un discours moralisateur malhonnête… En effet, cette concession à la morale catholique gravée dans une Espagne encore franquiste est en contradiction avec ces scènes retournées spécialement pour l’exportation après avoir demandé aux actrices (bien jolies en passant) de se présenter nues devant la caméra…

L’Empreinte de Dracula sur les traces de Mario Bava et Terence Fisher
Après El Espanto surge de la tomba, Les yeux bleus de la poupée cassée et La venganza de la momia, L’empreinte de Dracula est le quatrième et dernier film de Carlos Aured avec Paul Naschy (avant leur brouille).

L’érotisme n’est d’ailleurs pas la seule concession à l’exploitation puisque L’Empreinte de Dracula se permet également quelques incursions dans le gore avec, en particulier, une tête tranchée du plus bel effet.

Exploitation de qualité supérieure

Quoi qu’il en soit, il est indéniable que la misérable existence de Daninski apporte une profondeur au personnage, appuyée par une réalisation appropriée : montage lent, extérieurs monotones, action qui se déroule principalement la nuit… L’Empreinte de Dracula est assurément un film sombre et déprimant.

Loup-garou, satanisme, sorcières, érotisme, gore… L’Empreinte de Dracula est un film qui réunit tout ce qui pouvait garantir un certain succès au début des années 70. La profondeur du personnage principal et le soin apporté à la réalisation en font un divertissement qui dépasse cependant son statut de film d’exploitation.

Espagne, Mexique – 1973 – Titre original : El Retorno de Walpurgis – Réalisation : Carlos Aured – Distribution : Paul Naschy, Fabiola Falcón, Mariano Vidal Molina, Maritza Olivares, José Manuel Martín, Elsa Zabala, Eduardo Calvo, Ana Farra, Fernando Sánchez Polack…

L’Empreinte de Dracula sur les traces de Mario Bava et Terence Fisher

Les loups garous sont invités dans le recueil Les Saigneurs de la nuit

La rentrée littéraire bat son plein de fin août à début novembre. Profitons de cette période pour nous intéresser aux loups-garous couchés sur papier.

Au milieu des années 80, NéO publie une série de recueils mettant en avant différentes créatures du bestiaire fantastiques. Ainsi étaient célébrés goules, vampires et, bien sûr, loups garous dans le premier tome des Trois Saigneurs de la Nuit sorti en 1986.

Les loups garous sont invités dans le recueil Les Saigneurs de la nuit

Éditeur du fanzine Moonbroth qui connut 29 numéros entre 1971 et 1979, Dale C. Donaldson est l’auteur de la première nouvelle consacrée à notre créature préférée. Pia! (1969) est une bien jolie histoire : Plusieurs couples sont invités à dîner et découvrent qu’ils ne sont pas là par hasard… En effet, leur hôte est persuadé que l’un des convives est un loup-garou. Avec un ton souvent empreint de second degré, le narrateur nous conte cette folle soirée qui, très vite, rappelle le meilleur d’un woodunit légèrement teinté de gore à travers les descriptions des massacres commis par la créature.

Fourrure Blanche (The Were-wolf – 1890) est une nouvelle d’une quarantaine de pages dans laquelle une louve-garou prend l’apparence d’une jolie femme pour séduire un jeune homme refusant d’accepter l’évidence. L’histoire qui se déroule en plein hiver dans une région isolée et enneigée, la fascination érotique que la louve exerce sur la famille, la passion que l’un des frères vénère à la jeune femme font de Fourrure Blanche une belle incursion dans la littérature victorienne. Les infructueuses tentatives du frère pour sauver la victime qui a succombé aux charmes de la louve amplifient la tragédie… Comme le disait HP Lovecraft au sujet de la nouvelle de Clemence Housman : “grâce à l’authenticité du folklore décrit par l’auteur le degré de tension que l’on ressent à la lecture est manifeste.”

Les autres récits du recueil, en partie inédits et parfois signés par certains des plus grandes plumes du Fantastique anglo-saxon, valent tous le détour…

Quietly, Now de Charles L. Grant, texte consacré aux goules, est particulièrement sombre avec son protagoniste principal confronté à d’étranges disparitions d’enfants. Quant à Pendant que luisait la lune écrit par Manly Wade Wellman, spécialiste du fantastique puisqu’il est l’un des contributeurs le plus populaire des Weird Tales, il met en scène Edgar Poe lui-même, tombant sous le charme d’une créature de la nuit.

The Were-wolf (1890) – Auteur : Clemence Housman | Pia! – Auteur : Dale C. Donaldson | Les Trois saigneurs de la nuit – 1 – n° ISBN : 2-7304-0357-4 – Textes réunis et traduits par Jacques Finné

Page 1 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Campagne de don pour L'Écran Méchant Loup

Si vous le souhaitez, vous pouvez soutenir notre site dédié aux loups garous en nous offrant quelques euros.